mercredi 19 mars 2014

Sencha de Mariko, cultivar Kondo-wase, prtps 2013



Parmi le peu de sencha que j’ai eu l’occasion de goûter, celui que je préfère (mis à part le, mythique et introuvable, sencha que j’ai eu l’occasion de boire lors d’une dégustation organisée par un pro), celui que je déguste en écrivant ces mots en ce mercredi après-midi ensoleillé, est un Sencha de Mariko cultivar Kondo-wase.

Les aiguilles de ce thé sont très jolies, longues, effilées, d’un brillant vert sombre (et quelques brisures... c’est la fin du paquet, snif !). Mais ce n’est pas là ce qui fait sa particularité car c’est le cas d’autres futsumushi. La différence avec les autres sencha commence à se jouer sur le parfum des feuilles sèches : fruit sec, un peu comme de l’amande, et des petites fleurs discrètes, comme des fleurs de prairie, qui viennent égayer ce panier d’amande de leurs petites tâches jaunes. Une odeur appétissante.

Pour cette dégustation mon petit shibo est évidemment de la partie. De l’eau pas trop chaude... ni trop froide ! Comme pour le dosage, le temps des infusions est indéterminé, je fais ça au pif, c’est le cas de le dire car c’est au parfum que je juge le moment d’arrêter. Je viens de me verser ma troisième infu’, avec un temps déjà bien plus long (je dirais 2min environ)... Oups ! Mais comme j’avais laissé l’eau un peu trop refroidir auparavant, ce n’est pas bien grave.  C’est ça d’écrire en buvant du thé, on n’est pas à ce qu’on fait. Bien que la liqueur soit presque froide, les arômes sont toujours présents...et plaisants.

Dans la liqueur, c’est la fleur qui prend nettement le dessus, sans être écrasante. Le fruit sec, qui passe de l’amande à la noisette, se démène pour soutenir de son mieux toutes ces fleurs, non opulentes, ce sont plutôt des fleurs blanches et toujours quelques petites fleurs des prés. Un bouquet élégant, simple et raffiné.
Avec ce sencha, nous sommes dans de la douceur, il y a de la tendresse entre les fleurs et les fruits secs, ils s’entendent et se complètent pour livrer cette liqueur qui enchante les papilles et produit une jolie sensation durable dans la gorge. Sur la langue, c’est une histoire qui se prolonge longtemps, longtemps... Les papilles frémissent encore sous les caresses passées.

Cinq bonnes infusions pour cette session, c’est plus qu’honorable pour un sencha... et j'aurais peut-être pu le pousser un peu plus si je n'avais dû retourner bosser.

J’aurais aimé le tester également au zhong, j’imagine la fleur plus éclatante avec peut-être moins de douceur sur l’ensemble, mais... n’a p’us... La saison (très) prochaine ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire