jeudi 28 juin 2012

Vietnam - Blue Oolong Lotus de Theodor

Les magnifiques lotus dessinés par Chen Jiang Hong dans l'album jeunesse "Lian"

Lian sortant de la fleur de lotus - "Lian", Chen Jiang Hong
Si certains trouvent des petites filles dans des fleurs de lotus ("Lian" de Chen Jiang Hong, dédicacé à Francine, c'est dingue elle est partout la Nomade! ^_-), au Vietnam on y recueille parfois du thé. En effet, les vietnamiens savent depuis longtemps marier le thé au parfum suave du lotus. Une tradition élevée au rang d'art. A ce sujet, je vous conseille vivement de lire les articles suivants : "Le thé au lotus, le breuvage raffiné des Hanoiens" et "L'art de thé vietnamien", par exemple.

Après avoir évoqué cela, j'aurais pu également vous parler de design ("Thé et Lotus" par Maud Braghetti) ou du symbolisme du lotus, que l'on retrouve dans différentes cultures, notamment dans la culture et la poésie chinoises ("La fleur de lotus pour les chinois", "La Chine à double sens : le lotus"), dans des proverbes japonais ("Dire adieu au monde misérable, être assis sur un lotus, c'est un rêve de celui qui aime" -source ici) ou encore dans la littérature Hindoue ("Quiconque dans l'action dédie ses œuvres à l'Esprit Suprême, en écartant tout intérêt égoïste dans leur résultat, n'est pas plus atteint par le péché que la feuille de lotus n'est affectée par l'eau." Bhagavad-Gîtâ verset 5.10), ainsi que dans le bouddhisme où le lotus (Nelumbo nucifer), qui s'élève au dessus de la boue et possède des capacités autonettoyantes, donc n'est jamais souillé (grâce à "l'effet lotus" : les gouttes d'eau qui s'écoulent sur la rugosité nanométrique de la feuille emportent avec elles poussières et particules), représente la pureté et le détachement. (Oh! Un point! Profitons-en pour reprendre notre souffle après cette longue phrase.) 

Oui, j'aurais pu vous entretenir de tout cela, mais non, je n'en ferais rien. Ce n'est pas mon genre du tout de partir dans des digressions interminables. Je préfère faire preuve de rigueur et me centrer sur mon sujet, rester dans le cadre strict de la note de dégustation, sans autre bavardage somme toute inutile, car ce qui nous intéresse ici, en dehors du fait que dans le lotus tout se mange (ah! quand la gourmandise pointe le bout de son nez...), ce sont les parfums que confère le lotus à nos chères feuilles de thé. Donc je n'écrirais rien en dehors du thème principal de la note, très structurée, de dégustation du "Blue Oolong Lotus" de Theodor.
 (6,20 €/100g en sachet, c'est à la portée de toutes les bourses!)



Pour nous mettre en bouche, voici ce qui est écrit sur le site (où il est classé parmi les thés verts parfumés, il y a de quoi perdre le nord!)

"Un «Jardin retiré» dans la campagne vietnamienne d’une beauté extraordinaire. Il s’agit d’un Blue Oolong, un Wulong du Vietnam qui porte dans ses origines la protection évidente des cieux.
A l’instar de nombreux autres thés, nombreuses autres origines, le thé, les bourgeons sont récoltés dans les premières heures de la journée et préservés ainsi jusqu’au soir où ils sont déposés, poignée par poignée, dans chaque fleur de Lotus qui embellissent les lacs de la plantation.
Au matin, à la rosée, refermées sur elles-mêmes durant la nuit, les fleurs se redressent fièrement, et rendent aux cueilleurs le thé qui s’est ainsi laissé parfumer de leurs fragrances, après avoir été conservées comme un trésor. Délicat, long en bouche, d’une douceur absolue, ces parfums associés à la noblesse d’un Oolong offre un nectar que l’on se doit de déguster.

Tps d'infusion conseillé  : de 1.45min à 2.30 min avec une eau à 80°"

Poursuivons par la dégustation :
 [NB : Cliquer sur les photos pour les agrandir]
 
Les feuilles sèches, d'un vert très foncé un peu grisé, sont parsemées de nombreuses tiges de bois de couleur beige à brun clair. Leur parfum est particulièrement suave et me fait penser à des fruits exotiques.

J'effectue ma dégustation dans un petit zhong. Je dose mes feuilles comme pour un thé au jasmin ou un thé vert nature. Soit un fond de zhong ou une petite cuillère.

Afin de ne pas brûler les feuilles, sans sortir le thermomètre, je verse un peu d'eau fraiche dessus, juste un fond...
Puis j'ajoute l'eau chaude jusqu'à remplir le zhong. (D'ailleurs, savez-vous qu'on le nomme également, voire plus fréquemment, gaiwan?) A l'aide du couvercle, je m'amuse à faire danser les feuilles. C'est si captivant que j'en oublie de veiller au temps d'infusion! Rien de grave, je pense que ça reste (à peine) en dessous de la minute.
(Une autre photo se trouve par ici)

La liqueur, d'un beau orange, est un peu plus foncée que d'habitude avec ce thé (à cause du temps d'infusion plus long, évidemment). Les arômes en sont également un peu perturbés. Si j'y sens encore la douceur des fruits exotiques, une amertume plus florale paraît. Elle n'est pas désagréable et s'accompagne même d'une pointe de fraîcheur légèrement anisée. (L'anis que j'avais bien senti lors de la dégustation, en présence de Guillaume Leleu fondateur de la maison Theodor lui-même, mais que je ne retrouvais pas depuis. Je me demandais même si c'était bien le même thé que nous avions alors goûté, car il existe un autre thé au lotus, il me semble, chez Theodor... En fait, je me pose tout de même encore la question.)


  

Pour conclure cette petite fiche de dégustation, c'est un thé parfumé, tout à fait correct pour son prix, et qui a le mérite d'être bien agréable, avec beaucoup de douceur malgré l'amertume qui peux s'y faire sentir (si vous y êtes sensibles, il suffit de faire attention à la température de l'eau et au temps d'infusion et vous n'aurez que la douceur de ce thé). Le plus de ce thé, c'est vraiment le lotus. Il lui procure de savoureuses notes fruitées, des parfums exotiques propre à cette délicieuse fleur. Miam!!

(Un thé disponible chez Ailleurs à Bordeaux, place du Parlement à Bordeaux... Courrez y vite avant qu'il n'y en ait plus!)

3 commentaires:

  1. Superbe billet, merci Ségolène j'ai beaucoup appris! Ah si je pouvais être aussi performante avec l'emploi du PC. Par contre, une chose me préoccupe, comment sais-tu que j'avais ce superbe livre de l'Ecole des loisirs? Bonne journée, bons thés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Francine.

      Pour le livre, j'ignorais que tu le possédais. C'est dans mon exemplaire (j'ai presque tous les ouvrages jeunesse de cet auteur-illustrateur) que j'ai découvert la dédicace de l'auteur (imprimée, donc je pense que tu dois également l'avoir sur le tien) faite à une certaine Francine et je n'ai pu m’empêcher de penser à toi, évidemment! ;)

      Très bonne journée à toi et à ta famille,
      Ségolène

      PS : J'ai l'impression que tu te débrouilles très bien avec le PC, il n'y a qu'à voir ton blog!

      Supprimer
  2. J'adore du thé. Merci bien pour le partage et bonne journée du Cambodge !!!

    RépondreSupprimer